La dioxine est une des substances les plus toxiques que nous connaissions : 10 milligrammes sont déjà mortels pour l'homme. Heureusement on n'en trouve presque jamais dans de telles concentrations : il s'agit la plupart du temps d'un sous-produit extrêmement dilué. Tout de même, des concentrations plus faibles peuvent être encore dangereuses. Ce qui est caractéristique, c'est que les premiers symptômes ne se manifestent que quelques semaines après l'intoxication. Elle peut causer une éruption à l'homme (la chloracné) et des affections neurologiques, se manifestant en inertie ou dépression. L'amaigrissement en est aussi une caractéristique. Ce sont notamment la thyroïde et le foie qui peuvent être atteints. Les dioxines influencent le matériel génétique aussi, ce qui peut entraîner entre autres des cancers et une diminution de la fécondité. La contamination par les dioxines dans le fourrage a amené dans certains cas une grande mortalité parmi les poussins et a ainsi été découverte. En Belgique on a réagi trop tard, ce qui a conduit à la démission de deux ministres responsables et au retrait de la vente de tous les produits de viande et de volaille.
La source de contamination peut se situer tant à l'intérieur qu'à l'étranger. Les dioxines se retrouvent dans les aliments humains par la voie de précipitations sur les prés émanant d'incinérateurs de déchets et par la voie de fourrage importé qu'on fait manger aux animaux dans les élevages industriels. Par la voie de viande, de lait et d'œufs les dioxines reviennent chez l'homme. Les dioxines se transmettent à l'être humain principalement au moyen de l'allaitement au sein.
Les dioxines se retrouvent dans l'environnement par la voie du fumier.

Ce sont les gens qui élèvent eux-mêmes des poules sur une petite échelle et qui mangent les œufs de celles-ci ou les clients fidèles de petites entreprises qui courent le plus de risques, écrivent les chercheurs dans Molecular Nutrition and Food Research. " Si l'on ne veut pas assouplir les normes pour la prise, cela revient à dire que de grandes régions en Europe occidentale sont à vrai dire trop sales pour que les poules puissent se promener continuellement dehors, " au dire du chercheur M. Hoogenboom du Centre de Recherches de l'Université de Wageningen.

Contaminations du passé

Au cours des années 70 et 80, les dioxines étaient à vrai dire plus mal famées comme forme de pollution de l'air. Elles se dégagent lors de l'incinération de certaines matières artificielles (PCB), notamment lors de l'incinération de déchets. Elles peuvent alors se propager par la pluie ; en Hollande cela se fait la plupart des fois sur des prés, après quoi elles se retrouvent dans le cheptel. Et les dioxines ne se décomposent pas lors d'une incinération ordinaire. Cela est une des explications de la présence de dioxines dans une concentration si élevée sur la Diemerzeedijk. Une autre explication, et probablement les deux explications sont vraies, est Philips-Duphar. Cette industrie pharmaceutique a produit des désherbants de 1955 à 1963 dans une fabrique près du canal Noordzeekanaal. à une autre décharge utilisée par cette entreprise, le Volgermeer, situé près de Broek in Waterland, on a également déterré en 1980 des tonneaux présentant des fuites, qui se sont avérés contenir une concentration élevée de dioxines.
Les dioxines sont peut-être le mieux connues par la catastrophe arrivée près de la ville italienne de Seveso en 1976. Toutefois, ce n'était là qu'un seul scandale d'une série entière de scandales se rapportant aux dioxines survenus pendant ces années-là sur toute la planète. Des contaminations se sont produites au cours de ces dernières années aussi :

Ainsi le ministre belge Pinxten de l'Agriculture a instauré en avril 1998 une interdiction temporaire de l'emploi de pulpe d'agrumes dans le fourrage, après qu'on y avait constaté des concentrations élevées de dioxine en Allemagne. Au mois d'avril 1999, la source était du pétrole résiduaire qui était mêlé au fourrage.

En France, le Centre national d'information indépendante sur les déchets (CNIDD) a sonné l'alarme au sujet de concentrations inacceptables de la substance cancérogène dioxine dans la viande de bœuf et de veau (source : le quotidien néerlandais De Telegraaf en date du 26 mai 1998). La France a 300 incinérateurs de déchets au total, le plus grand nombre des états membres de l'UE.
Le CNIID a insisté auprès du gouvernement Français pour que celui-ci ferme les incinérateurs de déchets à ciel ouvert. En février trois incinérateurs ont déjà été fermés en France du Nord, après qu'on avait mesuré une émission beaucoup trop grande de dioxines. Le lait provenant d'éleveurs de bétail laitier du voisinage a été déclaré temporairement impropre à la consommation. Toutefois, on n'a pas bridé la vente de viande de bœuf et de veau de cette région.