à la page d'accueil
Idées fausses Qui les utilise? Lequel, quand et comment?
 

Version pour smartphones avec les articles français les plus importants de ce siteFrançais-English-Nederlands-Español-Português-Deutsch

Sophismes allégués pour le non-respect des droits des animaux

   
   
Sophismes allégués pour le non-respect des droits des animaux Réponse
     
l’animal ne sait pas qu’il pourrait mener une vie différente   l’ignorance ou l’impossibilité de savoir ce qu’un animal veut exactement n’est pas une raison pour nier que les animaux ont des droits
     
les animaux ne connaissent ni de morale ni d’éthique   cela ne justifie pas que l’homme dénie à l’animal son droit naturel à la liberté ; la possibilité d’agir moralement ne fait qu’agrandir la responsabilité de l’homme
     
ceux-là seuls qui peuvent remplir des devoirs peuvent avoir des droits   ceci ne vaut pas pour les droits naturels, qui sont absolus
     
il n’y a presque aucun pays qui ait des lois si avancés sur le bien-être que la Hollande   c’est vrai et c’est ici à peu près indispensable. Malheureusement cela n’amène pas de bien-être pour les animaux dans notre pays, mais cela prévient une violation trop grossière.
     
tenir compte des animaux coûte beaucoup d’argent   ceci ne coûte de l’argent qu’à ceux qui ne sont même pas capables de chercher à temps des alternatives
     
les plantes ont aussi des sensations ; celui qui ne mange pas de viande est aussi cruel qu’un autre   du point de vue biologique et spirituel, une plante profiterait uniquement de ses sensations (par exemple de la douleur) si elle pouvait passer à l’action sur la base de cette information. Un végétarien mange moins de plantes qu’un omnivore qui se nourrit indirectement de plantes par l’intermédiaire de la viande.
     
l’injustice faite aux êtres humains est plus importante   cela ne veut pas dire que les droits des animaux ne soient pas importants
     
les activistes mettent les animaux au-dessus des hommes   qu’on estime les animaux équivalents aux hommes ne signifie pas que les animaux soient supérieurs aux hommes.
     
les animaux ne connaissent pas de sentiments comme les êtres humains   qu’on n’ait pas de sentiments d’une manière démontrable n’implique pas qu’on n’ait pas de droits
     
accorder des droits aux animaux, c’est anthropomorphiser (anthropomorphisme : faire comme si un animal était un être humain)   il n’y pas de différence fondamentale entre les êtres humains et les animaux. Les animaux ont les mêmes droits naturels, mais ne voudraient pas être traités comme des hommes.
     
les animaux sont inférieurs aux hommes   il n’y a aucun rapport entre la valeur et les droits naturels. L’inégalité ne signifie pas que les animaux aient moins de valeur.
     
les animaux sont là pour servir les hommes   l’égalité de droits vaut pour les serviteurs aussi
     
le dévouement aux animaux compense une conduite défavorable aux animaux montrée par le passé (par exemple dans des vies antérieures)   non seulement cette motivation est-elle incontrôlable, mais encore n’est-elle pas appropriée.
     
si l’éleveur traitait mieux les animaux, il y aurait moins lieu de dire qu’on ne doit pas manger les animaux   ceci est abuser de la souffrance animale pour avoir raison
     
la vivisection permet de guérir des hommes   des simulations sur ordinateur et des cultures cellulaires sont plus efficaces que l’expérimentation sur les animaux. Qu’une expérience sur un animal fournisse de l’information ne signifie pas qu’il ne faille pas chercher d’autre chemin
     
les animaux sont propres à la vivisection parce qu’ils ressemblent aux êtres humains   et ensuite on justifie la souffrance des animaux en disant : « les animaux ne sont pas des êtres humains »
     
pourquoi accorder des droits aux animaux ? Les animaux sont destinés au but dans lequel on les utilise.   cette question pourrait concerner l’être humain aussi. Celui qui dénie des droits à un autre (que ce soit un être humain ou un animal) se dénie des droits à lui-même.
     
la nature se défend sous la forme de maladies qui frapperont l’homme   de cette manière l’homme fuit devant ses responsabilités en introduisant la nature comme une puissance divine (comparable à Dieu)
     
les animaux sont beaucoup trop divers pour que nous puissions grouper leurs droits éventuels sous un dénominateur commun   la liberté est un droit qui vaut sans distinction
     
certains oiseaux élevés se sentent mieux dans une cage qu’en liberté   les oiseaux élevés ont été rendus dépendants et on leur nuit doublement : ils n’ont jamais appris à vivre en liberté et ils ne peuvent vivre en liberté dans notre pays.
     
les animaux captifs sont plus libres que les animaux qui vivent en liberté dans la nature, parce qu’ils n’ont plus d’ennemis naturels   le risque d’être tué par un ennemi naturel fait partie de l’état naturel ; c’est l’envers inévitable du droit naturel à la liberté.
     

Cet article fait partie d'une série sur les idées fausses (sophismes) et la démagogie.

Il y a des sophismes pour les groupes et les sujets suivants :

ceux qui mangent de la viande
les végétariens
la défense de l’élevage industriel
le non-respect des droits des animaux
la défense des droits des animaux
la chasse d’amateur
la vivisection
la pêche sportive
le cirque
la corrida
la chasse aux phoques
 

On se sert souvent de certains arguments qui ne sont pas valables. Ce sont tant les partisans que les adversaires qui se servent des arguments spécieux nommés sophismes.
Nous avons aligné ces arguments (à gauche) et nous avons mis l'argument contraire à côté (à droite). Cela en faveur d’une discussion claire et honnête.

Il y a plusieurs types de sophismes :
Les sophismes pour et contre l’élevage industriel, les droits des animaux, le fait de manger de la viande (ou le refus de manger de la viande), la vivisection, la chasse d’amateur et aux phoques, la pêche sportive, le cirque et la corrida.

Si vous voulez voir d’abord les sortes et les types de sophismes pour vous en faire une idée, cliquez sur ce lien.

Cliquez ici pour des conseils donnés afin d’influencer un comportement défavorable aux animaux.

De même que pour la possession des animaux domestiques.

Si vous préférez voir immédiatement les sophismes concernant un certain sujet avec l’argument contraire y relatif, cliquez sur un des sujets mentionnés en haut.

     
 
auteur Bert Stoop
 

Cette page décrit un des aspects de l’impact que l’homme a sur la qualité de la vie d’un animal. D’autres pages décrivent d’autres aspects ; nous souhaitons ainsi favoriser ensemble l’émergence (internationale) de la consience du fait que pour un animal aussi, la liberté est importante.

Lisez ici ce que vous pouvez faire pour les animaux.

Si vous appréciez ce texte, vous pouvez le diffuser, par exemple à travers les médias sociaux.

Souhaitez-vous nous soutenir avec un don?

 

Politique de confidentialité
 
Version pour smartphones avec les articles français les plus importants de ce site
 

Lire plus d'articles ou de publicité ?